Chômage : nouvelle hausse des cotisations patronales ?

Dans le cadre des négociations sur la future convention Unedic, le Medef se dit prêt à accepter la mise en place d’une contribution exceptionnelle des employeurs contre la suppression de la surcotisation des contrats courts.

bulletin paie

A couteaux-tirés depuis plusieurs mois, syndicats et patronat sont sur le point de trouver un terrain d’entente préalable à la reprise des négociations sur les règles de l’assurance-chômage. L’an dernier, les discussions avaient achoppé sur la question des CDD dont les représentants des salariés réclamaient une nouvelle surtaxation afin de décourager les recours abusifs à ces contrats précaires. Vent debout contre cette nouvelle hausse opérée sur le coût du travail, le Medef avait quitté la table et gelé les échanges durant de longs mois, avant de rentrouvrir la porte début mars : une perche que les syndicats ont préféré saisir au moins pour signifier que la dialogue social continue à fonctionner au sein de l’Unedic, alors que plusieurs candidats à l’élection présidentielle ont manifesté leur intention de remettre en cause sa gestion paritaire.

Une surcotisation pendant 18 mois

La nouvelle mouture du projet d’accord prévoit, sur proposition de la première organisation patronale, la mise en place d’une contribution exceptionnelle, donc temporaire, sur l’ensemble des contrats de travail (sauf l’intérim), en contrepartie de laquelle la surtaxation des CDD de moins de trois mois serait annulée. Cette disposition, introduite sur l’accord national interprofessionnel de 2013, avait mécontenté les employeurs qui y voyaient une nouvelle contrainte à l’embauche.
La formule proposée par le Medef consisterait donc en une hausse des cotisations patronales destinées à alimenter les caisses de l’assurance-chômage, à hauteur de 0,03% (le taux s’établit aujourd’hui à 4% sur tous les types de contrats salariés), versement qui pourrait être annulé « à mi-parcours », soit « au plus tard 18 mois après la date d’entrée en vigueur ».

Post author

Journaliste de formation, j’occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre.
Je peux justifier d’une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l’Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse