-->
Création Entreprise.fr
Connexion
Email :
Passe :

Emploi fictif : Fillon persite dans le déni

Emploi fictif : Fillon persite dans le déni

Lors de sa conférence de presse, François Fillon a soutenu que sa femme exerçait une activité réelle à ses côtés, minimisant les sommes qu'elle a perçues en jouant sur des moyennes lissées sur ses quinze ans d'exercice.

Après s’être excusé « auprès des français » et reconnu avoir « commis une erreur sur le plan moral », il s’est dit « déstabilisé » par une affaire qu'il a « prise dans l'estomac » et fragilise sa candidature à la présidentielle depuis dix jours. Piégé dans les soupçons d’emploi fictif qui pèse sur son épouse Pénélope, rétribuée en tant qu’assistante parlementaire entre 1998 et 2013, François Fillon a contre-attaqué froidement ce lundi devant la presse, privilégiant dans le ton et la rhétorique employée la fermeté à la contrition. « Je suis la seul à pouvoir porter le programme de rupture que je propose » a-t-il lâché, droit dans ses bottes. Un manière d'évacuer l'hypothèse d'un plan B pour la suite de la campagne menée au nom du parti les Républicains, malgré les dégâts causés par la polémique dans les sondages.

Sur les emplois présumés fictifs, l’ancien premier ministre a détaillé la moyenne des rémunérations versées à sa famille, soit 3 600 euros pour Penelope Fillon, 3 000 pour chacun de ses deux enfants, - alors qu’ils étaient encore étudiants -, des sommes qu’il juge parfaitement justifiées et légales dans la mesure où elles correspondaient à des « travaux réels » et, en ce qui concerne son épouse, à des « tâches simples mais esentielles » .
Il a néanmoins reconnu que ces emplois familiaux payés par des fonds publics étaient désuets et devaient, au cours du prochain mandat, être mieux encadrés voire proscrits : « Ce qui était acceptable hier ne l'est plus aujourd'hui. Collaborer avec sa famille est une pratique rejetée. En travaillant avec ma femme et mes enfants, j'ai privilégié cette relation de confiance. Je le regrette profondément, et je présente mes excuses aux Français. J'ai agi selon un usage légal, dont nos concitoyens ne veulent plus ».

Poster un commentaire :

*
*
Commentaire : *
Suivre les commentaires

* Champ obligatoire

Navigation

Services

Suivez nous sur Twitter

Newsletter Gratuite

Newsletter Gratuite

libbre.fr

© 2005-2017 Tous droits réservés | Ajoutez à vos favoris

Ce site vous est proposé par la société Libbre ®, éditrice de portails d'information et de mise en relation destinés aux entrepreneurs.