-->
Création Entreprise.fr
Connexion
Email :
Passe :

Auto-entrepreneur : vers un relèvement des plafonds ?

Auto-entrepreneur : vers un relèvement des plafonds ?

Bercy envisagerait des mesures pour remédier à la perte d’attractivité du statut d’auto-entrepreneur, en chute libre en 2015 (-21,2%).

Après l’euphorie des premières années, le succès du statut d’auto-entrepreneur s’est considérablement effrité en 2015, année qui s’est traduite par de nouvelles contraintes imposées par la réforme Pinel, avec, en hors d’œuvre, le suivi d’un stage obligatoire (et payant), préalable à l’installation, et, en plat de résistance, le paiement de nouvelles cotisations auxquelles le régime simplifié échappait jusque-là.

Supprimer le risque de requalification

Cette réorganisation a sans doute découragé les candidats de la première heure qui avaient été initialement séduits par la souplesse du statut originel, bien que le gouvernement a souhaité préserver les fondamentaux, et notamment cette règle fiscale et sociale (« zéro chiffre d’affaires, zéro charge ») à laquelle tiennent tant les auto-entrepreneurs.

Face à la chute des adhésions en 2015 (-21,2%), le président de l’Union des Auto-Entrepreneurs François Hurel, plaide en faveur d’un nouvel ajustement du régime, évolution qu’il juge « d’autant plus nécessaire que l’économie collaborative et numérique fait de plus en plus appel aux travailleurs indépendant ». Partisans d’une libéralisation du système, contrebalancée par une meilleure sécurisation sociale, François Hurel souhaite, d’un côté, la suppression du risque de requalification qui, lorsqu’un lien de subordination est établi entre un sous-traitant et une entreprise tiers, peut entraîner la conversion d’un contrat de mission en CDI, et la mise en place d’une allocation de remplacement lorsqu’un auto-entrepreneur perd son activité.

Le projet de Loi Noé (Nouvelles Opportunités Economiques) préparé par Emmanuel Macron, pourrait prévoir des dérogations aux stages pour les auto-entrepreneurs qui présentent les meilleures garanties de qualification, et programmer un relèvement des seuils de plafonds d’affaires, notamment dans le secteur des services aujourd’hui soumis à une limite de 32 900 euros.

3 commentaires :

Le 05/02/16 à 10h28 Commentaire n°1 Benjamin Goodwin (Dirigeant, DA PARTENAIRES CONSEIL Buroespresso)

Le statut auto-entrepreneur est certainement la meilleure manière de créer durablement de l'emploi à moyen et long terme. En facilitant l'accès à l'entrepreneuriat, on autorise la création d'entreprise sans fonds de départ. Et donc ce n'est plus réservé à une élite qui bénéficie d'une épargne de plusieurs années, ou du patrimoine des ascendants pour démarrer. Le relèvement du plafond est donc une bonne nouvelle, surtout pour le secteur des services : avec 32900 EUR, montez une EURL c'est compliqué. Avec 50 000 voire 80 000 EUR de CA, là c'est plus raisonnable et à portée de réussite.

Le 17/05/16 à 15h09 Commentaire n°2 Lino Brucel (Autre)

Le manque de qualification !! C'est bien la source de la dégradation du secteur d’auto-entrepreneuriat alors que ce dernier reste la meilleure solution pour les travailleurs indépendants.

Le 24/08/16 à 09h29 Commentaire n°3 Lise Aguena (Autre)

Bonne nouvelle.

Poster un commentaire :

*
*
Commentaire : *
Suivre les commentaires

* Champ obligatoire

Navigation

Services

Suivez nous sur Twitter

Newsletter Gratuite

Newsletter Gratuite

libbre.fr

© 2005-2016 Tous droits réservés | Ajoutez à vos favoris

Ce site vous est proposé par la société Libbre ®, éditrice de portails d'information et de mise en relation destinés aux entrepreneurs.