Devenir freelance

Aujourd’hui, on utilise beaucoup l’appellation « Freelance », mais peu connaissent vraiment le sens de ce terme. De sa définition la plus facile, être en « freelance » signifie tout simplement travailler à son propre compte. On peut également employer le mot « indépendant » comme synonyme.

Si la plupart pensent que ce statut n’engage pas beaucoup de responsabilités, cette affirmation reste fausse. En France, en tant que freelance, vous avez des obligations fiscales et le devoir de vous enregistrer comme travailleur.

Dans les lignes qui suivent, nous vous éclairons sur les différentes démarches administratives à effectuer.

freelance

Qui peut travailler en freelance ?

Travailler de chez soi et devenir maître de son temps constitue une proposition des plus alléchantes. Cela dit, se lancer dans une auto-entreprise n’est pas sans risques et surtout, il faut avoir les compétences requises.

En tant que « freelance », vous devez détenir un certain niveau de connaissances. Certains contrats vous demanderont des prérequis. Vous devriez avoir au moins un bac +2 pour décrocher les meilleures offres.

Par ailleurs, les quelques qualités suivantes semblent cruciales pour devenir un travailleur indépendant :

  • L’autodiscipline
  • L’autonomie
  • Le sens de l’organisation et de la communication
  • La rigueur
  • La maîtrise des outils de bureautique et des logiciels spécifiques au métier (designer, rédacteur, développeur, etc.)
  • La maîtrise d’internet

Tout cela c’est sans compter le statut juridique indispensable pour être légal dans le pays.

Quel statut juridique pour travailler en freelance ?

La plupart de ceux qui souhaitent devenir travailleurs « freelances » ont tendance à se tourner vers le statut d’auto-entrepreneur. Cela reste légitime dans la mesure où il s’agit sans nul doute de l’option la plus simple.

En effet, les auto-entrepreneurs ont droit à quelques facilitations concernant les démarches administratives. De plus, ils sont également exonérés de TVA, et ne prennent part que partiellement aux cotisations sociales. En somme, les charges de l’auto-entrepreneur sont aisées à calculer.

Toutefois, ce statut se voit limité par des plafonds de chiffre d’affaires.

Si vous envisagez une croissance rapide de votre entreprise, il serait alors plus raisonnable de se tourner vers un autre type de cadre juridique.

En ce sens, nous vous suggérons les suivants :

  • La société par actions simplifiée unipersonnelle
  • L’entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée ou EURL
  • L’entreprise individuelle ou EI et l’entreprise individuelle à responsabilité limitée ou EIRL

Vous l’aurez compris, pour devenir « freelance », il faut détenir un numéro SIRET.

Afin de vous soutenir dans vos démarches, nous vous disons comment faire pour obtenir le vôtre.

Comment devenir freelance ? Quand et comment se déclarer ?

Si les formalités administratives vous rebutent, certaines agences de soutien vous proposent de les réaliser pour vous. Vous n’aurez plus qu’à attendre tranquillement votre statut et commencer enfin votre travail.

Si toutefois, vous partez de zéro et que vous n’avez pas le budget nécessaire pour un tel service, vous pouvez très bien vous enregistrer vous-même.

Pour créer son entreprise et obtenir son SIRET ou son SIREN, il faut contacter les autorités concernées :

  • Prendre contact avec le CFE (Centre de Formalités des Entreprises)
  • Dans le cas d’une activité commerciale, se rendre à la chambre de commerce et de l’industrie
  • Si vous exercez dans le secteur artisanal, approchez plutôt la chambre des métiers et de l’artisanat

Sachez en outre que la démarche est gratuite pour être inscrit au répertoire SIREN. Vous obtiendrez votre numéro SIRET dans les 15 jours qui suivent votre demande (au plus tard).

Si vous n’avez pas beaucoup de temps, vous pouvez éviter les déplacements en enregistrant votre auto-entreprise en ligne. Vous pouvez par la suite accéder à un formulaire d’inscription qu’il vous suffira de remplir.

Faites attention à bien choisir votre centre de formalités des entreprises en fonction de la nature de vos activités (libérales, commerciales, artisanales) comme mentionné ci-dessus.

Post author

Laisser une réponse